Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 novembre 2013 4 14 /11 /novembre /2013 12:02

2- NOS RAPPORTS AVEC LE FRONT DE GAUCHE

 

Lors du Congrès de novembre 2012, Les Alternatifs ont décidé majoritairement (56,37% pour, 34,75%

contre, 8,88% abstentions) de participer au Front de Gauche. Le texte adopté explicitait les raisons de ce choix:

L’urgence de «faire front ensemble, comme en Grèce ou au Portugal, face à l’approfondissement et l’aggravation de la crise multiforme, pour disputer l’hégémonie à gauche au social-libéralisme et porter une alternative unitaire».

La prise en compte du fait que «la pérennisation et l’élargissement progressif du Front de Gauche» était devenue «une donnée majeure de la gauche de transformation sociale et écologique».

La décision était liée également, notamment après l’entrée de la Gauche Anticapitaliste au FDG, à la

«perspective de construction d’un pôle de gauche alternative et écologiste» en son sein. Et bien entendu, il était noté que «Les Alternatifs participeront au Front de Gauche en conservant leur indépendance et leurs moyens d’intervention».

Il revient au Congrès d’évaluer, comme décidé l’an dernier, le bilan de notre participation.

 

 

Quelle évolution depuis 2012 ?

 

Concernant l’activité politique du Front de Gauche, la situation n’a pas évolué de façon significative depuis un an. Pour l’essentiel, le FDG reste un cartel. Les volontés exprimées de manière diverse par les différentes composantes d’ouvrir et élargir le Front (question des adhésions directes, de la représentation des assemblées citoyennes de base aux différents niveaux de coordination, du renforcement d’un Conseil National qui serait à parité composé de représentant-es des organisations et d’autres militantes du mouvement social, etc) sont restées sans suite. Son activité en dehors des périodes électorales reste problématique.

La campagne centrale pour une alternative à l’austérité s’est résumée à la production d’un lot d’affiches et à la programmation d’un certain nombre de meetings. Cette campagne, très ambitieuse pour l'état des forces, mal préparée, a été très vite balayée par d'autres "urgences".

Le Front de Gauche parvient à réussir des temps forts comme la marche citoyenne pour la 6° République le 5 mai, beaucoup moins à pérenniser une activité quotidienne.

Les oppositions PCF – PG restent prégnantes et consisterait à constituer un «parti unifié» à partir des

composantes du Front de Gauche.

Nous nous engagerons pour que le regroupement agisse et s’exprime à l'intérieur et à l'extérieur du FdG.

Nous revendiquerons un fonctionnement démocratique sur la base d'une personne = une voix. Ni pouvoir des élus, ni pouvoir des plus réactifs sur Internet, ni pouvoir aux directions politiques reconstituées.

 

La convergence vers une nouvelle force politique commune permettra une meilleure implantation territoriale, un meilleur ancrage sociétal, une participation plus importante aux mouvements sociaux et aux mobilisations citoyennes, une plus grande mutualisation des efforts militants, une plus grande richesse dans la réflexion et l'élaboration qu'exigent un projet alternatif d'une urgence extrême face à la crise de civilisation actuelle. Une nouvelle force politique commune permettra également de peser davantage dans le Front de Gauche, donnera plus de cohérence à ce que nous y faisons déjà et apportera au Front de Gauche lui-même une ouverture indispensable.

N'ayant jamais eu de conception autoritaire et messianique du «parti», nous n'avons jamais considéré les Alternatifs comme une fin en soi, mais comme un outil politique au service des mobilisations et d'un projet, un outil susceptible, en cas de convergence, de dépassement dans une force plus large. C'est dans cette optique que nous concevons le rôle et la fonction de la nouvelle force politique commune. Ce qui nous renforce dans cette conviction, c'est la crise très profonde de la politique et de sa représentation: combinée à l'épuisement des modèles des «partis» classiques,

cette crise nous oblige à innover radicalement.

Depuis le début du processus «Tous Ensemble», les convergences sur le fond entre les composantes se sont confirmées et trouvent leur expression dans les textes de la réunion nationale du 15 juin à Saint-Denis.

Ces textes, même s’ils ne reprennent pas l’ensemble des thématiques développées par Les Alternatifs et bien que des divergences subsistent, constituent une réelle avancée. Par ailleurs les textes préparatoires pour la réunion des 23 & 24 novembre constituent des bases de travail satisfaisantes.

Cependant l'addition des composantes ne permet pas encore de produire des réponses à la hauteur et des propositions alternatives. Même s'ils ne sont pas entièrement satisfaisants et à la hauteur de la profondeur de la crise de la politique, ces textes vont donc dans le bon sens: ils prennent acte de cette crise et dessinent les contours de ce que nous appelons un parti-mouvement, avec un fonctionnement souple et ouvert de type mouvement et une fonction combinée de synthèse, de mémoire et d'ancrage qui est le meilleur de l'héritage des «partis» d'hier.

Ce qui se dégage reflète à la fois une culture commune de la gauche radicale anticapitaliste, et la coexistence, outre l'apport altercommuniste, de deux sous-cultures distinctes: la première est marquée par l'histoire LCR/NPA, la seconde est celle d'une gauche écolo alternative diverse issue du PSU, de l'AREV et d'une partie des sensibilités à l'origine des Alternatifs et de la FASE.

Mais ce ne sont pas deux blocs homogènes même si les apports réciproques alimentent la réflexion et l’échange en contribuant au rapprochement. De toute évidence, le regroupement reste viable et ouvert à l’imprévu.

La nouvelle force politique commune devra immédiatement donner à voir ce que nous sommes dans notre culture commune et aussi dans notre diversité: son ouverture ne doit pas être programmée pour demain mais doit se voir immédiatement, maison commune non seulement de tous les

membres de ses composantes originelles mais aussi de toute-s celles et de tous ceux, non-encarté-e-s, syndicalistes, associatifs, …, intéressé-e-s par cette nouvelle force politique à faire vivre et à construire ensemble.

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : alternative
  • : AUTOGESTIONNAIRES-FEMINISTES-ECOLOGISTES VERTS-ROUGES
  • Contact

WWW.ALTERNATIFS.ORG

                           

 

                         LES ALTERNATIFS

 

ORGANISATION POLITIQUE

40 RUE DE MALTE

PARIS 75011

TEL 01 43 57 44 80

 

MENSUEL:  ROUGE &VERT