Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 septembre 2013 6 14 /09 /septembre /2013 13:34

 

rouge et vert TITRE

 

                                                  Le N° 367 est paru

 

 

 

LIRE EN LIGNE- Le N° 367 - Format PDF- Cliquer ci dessous

http://ddata.over-blog.com/5/86/44/62/R-et-V-367-sept-2013.pdf

Repost 0
Published by alternatifs95
commenter cet article
10 septembre 2013 2 10 /09 /septembre /2013 17:41

 

TOUS ET TOUTES

 

AU TRIBUNAL DE PONTOISE

 

JEUDI 12 SEPTEMBRE A 12H30

 

 

A la demande du lobby israélien, le gouvernement français, celui de Sarkozy hier et celui de Hollande aujourd’hui, a ordonné aux juges de condamner les personnes qui appellent au boycott d’Israël.

 

Les juges parisiens de la 17ème Chambre correctionnelle, puis ceux de la Cour d’Appel de Paris, ont pourtant refusé ces diktats dignes d’une république bananière. Ils ont ainsi confirmé que l’appel au boycott d’un Etat, et des produits qu’il exporte, participait du principe de la liberté d’expression et était parfaitement légitime de la part de citoyens qui critiquent la politique d’oppression d’Israël à l’encontre du peuple palestinien.

 

Idem ensuite à Bobigny, puis à Mulhouse et tout récemment encore à Perpignan, où nos camarades qui avaient conduit des actions appelant au boycott des produits « made in Israel » (quand bien même une partie de ceux-ci proviennent des colonies prospérant sur les terres palestiniennes de Cisjordanie) ont pareillement été relaxés.

 

Mais les officines israéliennes espèrent trouver à Pontoise un tribunal et un procureur moins respectueux de la liberté d’expression.

 

Nous devons nous mobiliser pour les rappeler à leur devoir d’indépendance et d’équité, comme nous l’avons fait avec succès pour chaque femme, chaque homme menacé/e de répression, parce qu’il/elle se porte au secours du peuple palestinien massivement spolié, emprisonné et massacré.

 

 

NOUS APPELONS À UN GRAND RASSEMBLEMENT DE SOUTIEN

LE 12 SEPTEMBRE A PARTIR DE 12H30

DEVANT LE TRIBUNAL (TGI) DE PONTOISE

POUR DIRE : "MOI AUSSI, JE BOYCOTTE"

 

                   (Tribunal de Pontoise, 3 rue Victor-Hugo, 95300 Pontoise)

 

 

 

FASE, EE-Les Verts 95, CAPJPO-Europalestine, Les Alternatifs- BDS International

Repost 0
Published by alternatifs95
commenter cet article
10 septembre 2013 2 10 /09 /septembre /2013 09:15

Procès BDS : Tous à Pontoise (95) le 12 septembre prochain

Le gouvernement français s'acharne. Malgré les récentes directives européennes qui soulignent l'illégalité de toute exploitation par Israël des territoires Palestiniens (Jérusalem Est, Cisjordanie et Bande de Gaza) et qui prévoient l'annulation de toute coopération ou subvention européenne bénéficiant à Israël faute de garanties écrites dans ce sens, les Taubira, Hollande et consorts ont pris le relais des poursuites engagées par Sarkozy et Alliot-Marie contre les militants de la campagne de boycott de l'occupant israélien.

Ainsi, ils ont fait appel de la relaxe prononcée le 14 août dernier par le tribunal de Perpignan envers Jeanne, Yamina et Bernard, trois militants ayant appelé à boycotter les produits exportés par Israël.

Et le 12 septembre prochain, ce sont 7 autres militants de la campagne BDS qui comparaîtront devant le tribunal de Pontoise, à la demande du lobby israélien, dont le gouvernement français estime que les désirs sont des ordres.

Laurent Alcini (PCF, Front de gauche), Alima Boumédiene-Thiery (ex-sénatrice), Serge Groswak (Fase), Nicolas Shahshahani (Europalestine), Omar Slaouti (NPA, Gauche Anticapitaliste), Sylvette Amestoy (EELV), et Sylvain De Smet (EELV) comparaîtront pour avoir appelé au boycott des produits israéliens à l'occasion d'une petite parodie de procès jouée à l'intérieur même de l'hypermarché Carrefour de Montigny-les-Cormeilles, le 26 juin 2010.

Pour voir ou revoir la vidéo :

http://www.dailymotion.com/video/xduhfx_boycott-israel-tous-coupables_news

Nous vous appelons à venir le plus nombreux possible le jeudi 12 septembre à 12 H 30 pour soutenir "Les sept du Val d'Oise", et manifester contre un gouvernement qui joue les va-t-en guerre quand il s'agit de la Syrie ou du Mali, mais qui ne cesse d'encourager la colonisation nisraélienne, la dépossession des Palestiniens et leur enfermement, à commencer par celui des enfants. (Cinq d'entre eux, accusés sans preuves d'avoir jeté des pierres, risquent 25 ans de prison : cf notre article : )

Rendez-vous au Tribunal de Pontoise jeudi 12 septembre à 12 H 30 : 3 RUE VICTOR-HUGO (ANGLE BOULEVARD JEAN-JAURES) 95300 – PONTOISE

Pour se rendre à Pontoise : • Par la route : autoroute A15, sortie Pontoise centre – un parking municipal pas trop cher se trouve sur le boulevard Jean-Jaurès, à 200 mètres au-dessus du tribunal • Par le train : • Au départ de la gare de Paris-Nord : prendre le réseau SNCF, descendre à la gare de Pontoise, terminus • Au départ de la gare de Paris-St Lazare : prendre le RER C1, direction Pontoise (le tribunal est à 10 minutes à pied de la gare de Pontoise) Plan interactif de la ratp : http://www.ratp.fr/plan-interactif/

Repost 0
Published by alternatifs95
commenter cet article
6 septembre 2013 5 06 /09 /septembre /2013 09:12

 

 

CGT SantéSUD Santé

 

 

 

 

DEPUIS MAINTENANT 4 JOURS

Nous : personnels de l’hôtel Dieu avec le comité de soutien, la CGT Hôtel Dieu, l’intersyndicale USAP-CGT, SUD-SANTE APHP, maintenons notre présence permanente au sein des locaux de l’ancien service de chirurgie thoracique de l’hôpital Hôtel Dieu.

 

Nous combattons le démantèlement de l’hôpital et la décision de l’APHP de détourner les patients pour une fermeture anticipée de ses urgences.

 

Pour certains, dont Loïc CAPRON, président de la CME, complice de ce démantèlement :

        « Cette lutte serait impromptue, trop tardive, d’un autre temps, expression d’un     conservatisme institutionnel ! »

 

Notre lutte exprime plus simplement la volonté :

 

  • de maintien de l’offre de soins de proximité et de qualité pour la population
  • de la pérennité de l’hôpital Hôtel Dieu
  • du rejet du projet FAGON
  • de respect de nos conditions de travail

Notre lutte a aussi pour objectif de garantir un hôpital public au cœur de Paris plutôt que de le voir voué à de funestes opérations de spéculations immobilières

 

L’intersyndicale USAP CGT et SUD SANTE avec le syndicat CGT de l’Hôtel Dieu et le comité de soutien, exigent de la Direction générale :

 

 

L’arrêt immédiat des pressions managériales et la mobilité imposée aux personnels. Celle -ci constituant une véritable maltraitance institutionnelle !

Le maintien des urgences et de ses lits d’aval

L’arrêt des transferts de service et restructuration au sein de l’hôtel Dieu.

La réintégration du Dr Gerald Kerzieck dans ses fonctions de coordinateur

 

En ce sens, des courriers et demandes d’audiences seront adressées à la direction générale de l’APHP, au ministère de la santé, et aux élus parisiens…

 

DES INITIATIVES ET POINTS D’INFORMATIONS, TRACTS, COMMUNIQUES SERONT REGULIEREMENT TENUS ET DIFFUSES

 

POURSUIVONS LA SIGNATURE DES PETITIONS LOCALEMENT ET EN LIGNE :

soutienhtd@googlegroups.com

ou http://hopitalpourtous.blogspot.fr

 

et la pétition réintégration gérald kerziek http://www.petitions24.net/soutien_au_dr_kierzek_responsable_medical_du_smur_lhotel-dieu

 

TOUS ENSEMBLE

POUR GAGNER  ET SAUVER

L’HOPITAL HOTEL DIEU !!!!

 

Paris le mercredi 4 septembre 2013

L’intersyndicale APHP CGT/SUD SANTE

 

 

 

 

 

 

 Tract Format PDF -Claiquer ci dessous

 

 http://ddata.over-blog.com/5/86/44/62/TRACT-INTERSYNDICAL-HOTEL-DIEU.pdf

Repost 0
Published by alternatifs95
commenter cet article
2 septembre 2013 1 02 /09 /septembre /2013 09:52

 

 

 

Le comité de soutien de l' Hôtel Dieu occupe depuis 16 heures ...

Voici une photo de groupe : nous étions 45. Un article est déjà

paru sur le Net dans le Parisien ... et le Figaro.

Catherine Fase 75

"Notre Santé en Danger"

HOTEL DIEU

Repost 0
Published by alternatifs95
commenter cet article
2 septembre 2013 1 02 /09 /septembre /2013 09:46

front sigle

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Déclaration du Front de Gauche sur le projet gouvernemental sur les retraites

Les éléments du projet gouvernemental de réforme de retraites sont maintenant dévoilés.

Elle repart de la réforme Sarkozy : le gouvernement légitime la fin de la retraite à 60 ans. Elle utilise les mêmes leviers que toutes les réformes de la droite : allongement de la durée de cotisations ce qui signifie le recul de l'âge réel de départ en retraite. C’est une triste première pour un gouvernement de gauche ; elle touchera plus particulièrement les jeunes.

Les retraité-e-s seront mis à contribution, une « double peine » pour eux après une vie de salarié-e-s à cotiser pour la protection sociale.

D’autre part, si le gouvernement annonce une augmentation des cotisations des salariés et des patrons, ceux-ci sont rassurés par l’annonce de l’allègement de leurs cotisations concernant les prestations familiales dès 2014. Il s’agit d’un nouveau cadeau au patronat après les 20 milliards déjà accordés aux entreprises sans contrepartie en 2013. Puisqu’il est si bien entendu, le MEDEF aurait tort de ne pas en demander encore plus comme il le fait dès aujourd’hui…

Cette contre-réforme ne vise en rien un progrès ! Avec ces mesures inefficaces et injustes, c’est plus de chômage et moins de pouvoir d’achat.

Les classes populaires, les classes moyennes et les retraité-e-s sont ponctionnées au lieu de faire financer les entreprises et la finance.

Cette « réforme » n’est pas faite pour répondre aux besoins des Français mais pour obéir aux injonctions de Bruxelles. Pour cela, le gouvernement est prêt à faire ce qu’aucun gouvernement « de gauche » n’a fait. Au mépris des aspirations de ceux qui ont battu Nicolas Sarkozy et l’avis d’une part grandissante de la majorité gouvernementale comme le montrent, notamment, les réactions à Europe Écologie – Les Verts ou l’appel de 3000 socialistes.

A l’inverse, le Front de gauche entend contribuer à la plus grande unité possible contre cette réforme derrière les syndicats et dans le cadre du Collectif retraites 2013. La première mobilisation du 10 septembre, le succès de la fête de l'Humanité doivent être au plus haut niveau pour se faire entendre du gouvernement.

Le Front de Gauche : PCF/PG/GU/C&A/R&S/FASE/GA/PCOF/Alternatifs

 

DECLARATION -Format PDF6Cliquer ci dessous

http://ddata.over-blog.com/5/86/44/62/decla-FDG-retraites-sept-2013.pdf

Repost 0
Published by alternatifs95
commenter cet article
2 septembre 2013 1 02 /09 /septembre /2013 09:35

 

 

 

Plate-forme inter associative

 

« Non à la disparition des associations »

 

Appel à une mobilisation commune pour le maintien des financements associatifs et la reconnaissance du rôle des associations dans la société

 

 

Le gouvernement a entrepris de redéfinir le cadre des relations entre l’État, les collectivités et les associations, ainsi que la législation et la réglementation relatives au financement des associations. Ces initiatives sont opportunes et importantes car les décisions prises dans ce domaine vont fixer le cadre institutionnel et réglementaire, sans doute pour longtemps. Mais cela ne saurait faire oublier que le même gouvernement a annoncé pour 2014 de nouvelles coupes sombres dans le budget de l'État et des collectivités, s'ajoutant à la réduction drastique des crédits en 2013. Le président de l'Association des Maires de France a dénoncé une situation « qui risque de peser sur les subventions aux associations ».

  

On ne peut pas assister passivement à la disparition d'un nombre sans cesse croissant d'associations, alors que celles-ci constituent l'un des piliers de notre vie démocratique, sociale, civique et culturelle. Les associations sont l’un des creusets de la démocratie et de la participation citoyenne. Elles jouent un rôle indispensable de renforcement de la cohésion sociale, de développement de l’activité et de l’emploi et de préservation des droits fondamentaux. Aucune société ne peut exister sans leur apport.

 

C’est pourquoi les associations, réseaux d’associations et élus signataires affirment qu’ils ne laisseront pas détruire sans réagir le tissu associatif de nos territoires et de nos villes. Les associations refusent d’être la variable d'ajustement des diminutions des financements publics et appellent à se mobiliser.

 

Les signataires demandent à l’Etat et aux collectivités d’adopter 6 orientations :

 

1 La restauration d’un climat de confiance doit se traduire par la reconnaissance de leur rôle et par le développement des financements associatifs, pour que la dynamique associative soit en mesure de contribuer à l’intérêt général. En particulier, des 2014, l'État et les collectivités doivent apporter aux associations les moyens d'exercer leurs missions en maintenant les lignes de crédits nécessaires (il ne s’agit pas du service civique).

2 La subvention constitue un mode de financement légal qui doit être conforté et privilégié. Elle ne constitue pas la compensation d’un service rendu mais la reconnaissance de l’intérêt d’un projet associatif. Les subventions de fonctionnement doivent être développées. Les appels à projets constituent des formes parfois proches de celles des appels d’offres et ne sauraient devenir le mode habituel d'attribution des subventions.

3. La plupart des actions associatives ne sont pas des activités économiques au sens européen du terme et doivent donc être considérées comme des activités non économiques ou des services non économiques d’intérêt général. Comme le permet la règlementation européenne, le gouvernement doit soustraire ces activités à l’extension indéfinie du champ de la concurrence, en réservant, lorsque la nature du service le justifie, la réalisation des actions d'intérêt général à des opérateurs ne poursuivant aucun but lucratif.

4 La diversité associative est un trésor national qui doit être préservé. Il est nécessaire de distinguer les cas des associations relevant du régime européen d’encadrement des aides d’État et la très grande majorité des associations qui n’en relèvent pas, et n’ont pas besoin de mandatement pour recevoir un soutien public. Il faut également lutter contre les politiques délibérées de certaines collectivités et de l’Etat visant à réduire le nombre d’associations, et définir un cadre juridique, comptable et administratif adapté aux petites et moyennes associations.

  

5 La participation citoyenne doit être encouragée pour donner une place centrale au citoyen dans la vie politique et à l’engagement du plus grand nombre. Elle passe notamment par une pédagogie de la citoyenneté et une architecture institutionnelle dynamique, favorisant un écodéveloppement local participatif et solidaire, des relations partenariales entre les associations et les collectivités. Les 3 lois de décentralisation doivent aborder ces points.

6 Ces enjeux concernent de nombreuses politiques publiques, notamment en matière d’écodéveloppement, d’éducation populaire, de défense des droits, de cohésion sociale, santé... .C’est pourquoi la consolidation de la vie associative, annoncée par le Président au cours de la campagne présidentielle, doit être l’objectif de l’ensemble du gouvernement et faire l’objet d’un engagement du Premier ministre.

 

Les signataires appellent les associations et les citoyens à manifester leur soutien à cet appel par leur signature et par leur action. Pour sortir de la crise globale, aller vers une société participative, soutenable et à finalité humaine, les associations sont et seront demain indispensables pour innover, inventer des alternatives.

 

  

Signez et faites signer largement autour de vous cet appel, faites connaître vos difficultés et vos possibilités d’action, en allant sur le site www.nondisparitionassociations.net

 

 

 

Premiers signataires

 

 

Organisations

 

 

AAAP Accueil Paysan

 

ACEPP (collectifs parents enfants professionnels)

 

AITEC (asso. internationale des techniciens, experts et chercheurs)

 

AMI (ass.nle de Défense des malades et handicapés)

 

ANVP (association nationale des visiteurs de prisons)

 

Appel des appels

 

Arc en Ciel Théâtre

 

Arc en Ciel Théâtre Midi-Pyrénées

 

ATTAC France

 

CNFR (Confédération nationale des Foyers ruraux)

 

CNLRQ (Comité national de liaison des régies de quartier)

 

Collectif des associations citoyennes

 

CRID (collectif d’associations de solidarité internatle)

 

ESPACES

 

Fédération des centres sociaux et socioculturels de Paris

 

FONDATION COPERNIC

 

FONDATION SCIENCES CITOYENNES

 

FORESCO (réseau d'échange de savoirs)

 

GRAINE Ile de France

 

INTERMEDES (Longjumeau 91)

 

Ligue des Droits de l’Homme

 

MES (Mouvement pour l’économie solidaire)

 

MRAP (Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples)

 

Mouvement Amérique (de langue) Française Paris Centre

 

OPALE (centre nal d’appui et de ressources culture)

 

PACTES LOCAUX

 

PEUPLE ET CULTURE

 

RECIT (réseau des écoles de citoyens)

 

SEP (Syndicat UNSA de l'Éducation Populaire)

 

Silex Labs

 

Traverses (Paris 19ème)

 

 

UFISC (Union fédérale d’intervention des structures culturelles

 

UNADEL (union nationale des acteurs du développement local)

 

Personnes

 

 

 

Paul ARIES politologue, rédacteur en chef de "La vie est à nous"

 

Pascal AUBERT, militant associatif

 

Geneviève AZAM, économiste, militante associative, ATTAC

 

Denise BARRIOLADE, inspectrice principale jeunesse et sports honoraire

 

Emeline BAUME, Conseillère Grand Lyon, Déléguée à l’ESS (écologiste)

 

Miguel BENASAYAG, philosophe, psychanalyste, chercheur

 

Lela BENCHARIF, Vice présidente Conseil Régional Rhône Alpes vie associative citoyenneté (écologiste)

 

Jean Claude BOUAL, CELSIG (centre européen de liaison des services d'intérêt général)

 

Michel BOURGAIN, maire de l'Île-Saint-Denis

 

Bruno BOURGAREL, militant associatif

 

Brigitte CAHEN, Inspectrice générale Jeunesse et Sports honoraire

 

Marie Dominique CALÇA, Université Lyon II

 

Dominique CELLIER, militant associatif

 

Henryane de CHAPONAY, CEDAL (centre d'études et de développement pour l'Amérique latine)

 

Michel CHAUVIÈRE, Appel des appels, MP4

 

Jean-Marie CHOSSON, Conseiller régional Rhône-Alpes (Europe écologie les Verts)

 

Jean-Louis COMOLLI, Cinéaste

 

Pierre CONCIALDI, économiste

 

Marie COUSIN, Pt Association Icare

 

Thomas COUTROT, co-président d’ATTAC

 

Monique DENTAL, réseau féministe Ruptures

 

Danielle DESGUEES, Dir. Gén. de BGE Paris (Boutiques de gestion)

 

Alain DETOLLE, co-rédacteur en chef d’Associations mode d’emploi

 

Jean-François DRAPERI, Resp. Dentre d'économie sociale conservatoire national des arts et métiers

 

Olivier DULUCQ, militant associatif et élu local (29)

 

Michèle FAURE, maire adjointe Vie associative et communication Hennebont (56)

 

Yann FRADIN, directeur général d’Espaces

 

Jean-Michel FRODON, Professeur associé à Sciences-Po Paris

 

Jean GADREY, économiste

 

François GEZE, Éditeur

 

Georges GONTCHAROFF, UNADEL (union nationale des acteurs du développement local)

 

Roland GORI, Appel des Appels

 

Yves GUERRE, militant de l'éducation populaire

 

Joël LABBÉ, Sénateur du Morbihan, maire de St-Nolff

 

Michel LAGRANGE, adm. De l'ACRO (association pour le contrôle radioactivité dans l'Ouest)

 

Jean Louis LAVILLE, professeur au Conservatoire national des arts et métiers

 

Olivier LE COUR GRANDMAISON , universitaire

 

Francis LE HERISSE, ancien Pt de la CPCA Bretagne

 

Daniel LE SCORNET, Pt de la Fraternelle de recherches et de propositions

 

Corinne LEPAGE, Ancienne ministre Députée européenne

 

François LONGERINAS, Pt Régie de quartier Paris Centre

 

Jean Michel LUCAS, consultant en (dé)formations culturelles

 

Alain MANAC'H, ancien délégué général des Foyers ruraux, militant associatif à la Villeneuve de Grenoble

 

Marc MANGENOT, Fondation Copernic

 

Elisabeth MASSE-BOURGAIN, présidente de l'association Halage

 

Jean Claude MAIRAL, Pt du CIDEFE (Ctre d'inform, de documentation, d'études et de formation des élus)

 

Gustave MASSIAH, responsable associatif

 

Philippe MEIRIEU, Vice-président du Conseil régional de Rhône-Alpes

 

Marc MERY, Pt d’Espaces

 

Didier MINOT, fondateur de RECIT (réseau des écoles de citoyens

 

Corinne MOREL DARLEUX, Conseillère régionale Rhône Alpes (Front de gauche)

 

Olivier NOEL, militant associatif

 

Gérard NOIRIEL, historien

 

Laurent OTT, philosophe et praticien de la pédagogie sociale

 

Jean François PELLISSIER, conseiller régional FG Ile de France

 

Nicole PICQUART, Pte régie de quartier Aubervilliers

 

Jacques PIRAUD, Eclaireuses Eclaireurs de France

 

Jean Claude POMPOUGNAC, ancien directeur régional des affaires culturelles

 

Daniel ROYER, militant associatif

 

Gilles-Eric SERALINI, Professeur Université de Caen, chercheur

 

Danielle SIMONNET, conseillère de Paris

 

Isabelle SOMMIER, universitaire

 

Colette SPIRE, CA de RECIT (réseau des écoles de citoyens

 

Antoine SPIRE, journaliste

 

Antonin STEPHANY, militant associatif

 

Roger SUE, sociologue, Professeur à l’Université Paris Descartes

 

Jacques TESTART, Fondation Sciences Citoyennes

 

Alain TREDEZ, administrateur de la MRES (maison régionale de l'environnement et des solidarités)

 

Jean-Luc TOULY, conseiller régional Ile de France, Association pour le Contrat Mondial de l'Eau

 

Bernard VACHERON, Pt de Participation et Associations Citoyennes

 

Thierry VECLIN, directeur du MRJC (mouvement rural de la jeunesse chrétienne)

 

Christian VELOT, généticien, CRIIGEN, Conseiller régional Ile-de-France

 

Patrick VIVERET, Philosophe, conseiller honoraire à la Cour des Comptes

 

Jean-Pierre WORMS, Pouvoir d'

 

 

 

 

LETTRE AU PREMIER MINISTRE - Format PDF

 

 

http://ddata.over-blog.com/5/86/44/62/LETTRE-ASSO.pdf

Repost 0
Published by alternatifs95
commenter cet article
25 juillet 2013 4 25 /07 /juillet /2013 11:16

 

traitd union6grand-160ee[1]

 

 

Trait d'union n°6, lettre d'information et de débat des Alternatifs, de la Gauche Anticapitaliste, de la Gauche Unitaire, de la FASE et de Convergence et Alternative est parue

SOMMAIRE
n°6 | 15 juillet 2013

Edito : Municipales 2014 Pour un Front de Gauche moteur d’une alternative politique de gauche.
p.2 : Altersommet, pour une autre Europe ! L’activité santé à Athènes
p. 3 : Les avancées du Manifeste antifasciste européen
p. 4 : 6 questions, 6 arguments pour défendre les retraites
p. 5 : Le point de vue de G. Filoche - Action syndicale, campagne citoyenne
p. 6 : Construire un courant unitaire dans le Front de gauche
p. 7 : Contribution de la Gauche unitaire
p.8 : Après les assises du 16 juin, engager les travaux pratiques


p.9 : Oui, le monde bouge
p.10 : Extrême droite, le terreau du libéralisme
p. 11 : Résistance et mobilisation en Moselle - Comité de vigilance à Lyon
p. 12 : Gaz de schiste, vigilance en Ardèche



Disponible en ligne :

http://www.alternatifs.org/spip/trait-d-union-no6-15-juillet-2013

 

Repost 0
Published by alternatifs95
commenter cet article
19 juillet 2013 5 19 /07 /juillet /2013 16:43

 

 

ENSEMBLE

 

Les « grands meetings »

Pour les grands meetings, voici des dates indicatives et incitatives pour permettre de rythmer la campagne :

Un premier meeting d’envergure la 2eme semaine ou 3eme semaine de septembre : Marseille ?

Toulouse et Bordeaux : 4eme semaine de septembre.

Montpellier et Lyon: 1ere semaine d’octobre.

Nantes et Strasbourg : 2eme semaine d’octobre.

Rennes et Lille : 3eme semaine d’octobre.

Repost 0
Published by alternatifs95
commenter cet article
19 juillet 2013 5 19 /07 /juillet /2013 16:33

Ensemble, défendons nos retraites !

Lors de la Conférence sociale du 20 juin, François Hollande a annoncé que, dans le cadre de la prochaine réforme des retraites, l’allongement de la durée de cotisation sera « la mesure la plus juste » face à « cette chance formidable qu’est l’allongement de l’espérance de la vie ». Cette voie n’est pas acceptable. Les réformes de 1993, 2003, 2007 et 2010 ont déjà réduit les droits à pensions de plus de 30 %, en aggravant les inégalités déjà fortes entre les pensions des femmes et celles des hommes. Elles doivent donc être remises en cause.

Refusons les régressions sociales

« On vit plus vieux, il faut donc travailler plus longtemps », tel est l’argument qu’on nous rabâche. Mais on oublie de préciser qu’augmenter la durée de cotisation, c’est en réalité programmer la baisse des pensions. Baisse immédiate pour tous ceux – chaque année plus de la moitié des nouveaux retraités – qui passent directement du chômage, ou de l’inactivité, à la retraite, et qui ne pourront jamais atteindre cette durée. Baisse à venir pour les nouvelles générations entrées plus tard dans la vie professionnelle du fait de l’allongement des études et qui connaissent déjà un chômage massif, aggravé par l’incitation faite aux seniors qui le peuvent de prolonger leur activité. On oublie aussi de rappeler que l’allongement de la durée de cotisation et la décote pénalisent plus fortement les personnes aux carrières courtes, en majorité des femmes.

L’espérance de vie augmente, mais l’espérance de vie en bonne santé, elle, diminue depuis plusieurs années. La souffrance au travail se développe, de nouvelles pathologies apparaissent. Les plus dures années au travail sont entre 60 et 65 ans. Les meilleures années de la retraite sont entre 60 et 65 ans. L’allongement de la durée de cotisation, c’est la double peine. Nous ne pouvons pas l’accepter.

L’austérité sans fin est suicidaire

Le gouvernement justifie cette nouvelle réforme par l’allongement de la durée de vie. Mais le déficit actuel ne doit rien au vieillissement de la population. Il s’explique par la récession qui se creuse en Europe, détruit des millions d’emplois et diminue les cotisations sociales induites par l’emploi. Cette récession provient essentiellement des politiques de réduction des dépenses publiques et de baisse du « coût du travail » menées partout en Europe par les gouvernements en accord avec la Commission.

Si, comme cela semble être le cas, le gouvernement inscrit la réforme dans le cadre de ces politiques, il ne pourra que retenir des pistes entraînant une nouvelle baisse du niveau des pensions. Ce qui diminuerait encore le pouvoir d’achat des retraités, aggraverait la récession et entraînerait une nouvelle hausse du chômage. Sans qu’au bout du compte les déficits ne soient réduits !

Il est possible de faire autrement

L’augmentation de l’espérance de vie ne date pas d’aujourd’hui. Par le passé, elle s’est accompagnée d’une diminution du temps passé au travail et d’une amélioration du niveau de vie, grâce à un partage de la richesse produite. C’est à nouveau la voie à suivre.

Pour augmenter le volume des cotisations sociales, il faut en finir avec l’austérité, relancer l’emploi par une réduction du temps de travail, une sécurisation de l’emploi, de la formation et du revenu, une augmentation des minima sociaux, une politique audacieuse d’investissement en matière sociale et écologique. Une voie supplémentaire, toujours négligée, pour répondre au besoin de financement des retraites, est la réalisation de l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes, à la fois par l’accroissement du taux d’activité des femmes, la suppression des inégalités salariales et la lutte contre le temps partiel subi. Il s’agit là de choix politiques de justice et de solidarité.

Il y a plus de retraité-es ? A moins de décréter leur paupérisation, il est normal de financer leurs retraites en augmentant leur part dans la richesse produite. Selon le Conseil d’orientation des retraites, il faudrait, à législation inchangée, un point de PIB supplémentaire en 2020 pour équilibrer le système de retraite alors que la part des salaires a chuté d’environ 6 points au cours des dernières décennies en faveur des dividendes.

Pour une large mobilisation citoyenne

La question des retraites pose celle de la société dans laquelle nous voulons vivre. La retraite à 60 ans par répartition n’est pas un fardeau, elle est une transmission continue et solidaire de la prise en charge d’une génération par la suivante. C’est pourquoi elle dépend aussi de l’avenir que la société sera capable d’offrir aux jeunes générations. Nous ne pouvons accepter la paupérisation programmée des futurs retraité-es, la destruction des solidarités sociales, l’idéologie absurde du « travailler toujours plus » dans une société productiviste et inégalitaire. Cet engrenage favorise l’extrême droite et menace à terme la démocratie. Comme en Europe du Sud et dans bien d’autres pays du monde, la société doit se mettre en mouvement. Pour y contribuer nous organiserons partout des réunions, des initiatives de rue, des ateliers d’éducation populaire et nous soutiendrons les initiatives prises par le mouvement syndical. Nous voulons un système de retraites solidaire.

Pas un trimestre de plus, pas un euro de moins !

Premiers signataires

Gérard Aschieri (président de l’institut de la FSU) - Clémentine Autain (FASE) - Ana Azaria (Femmes Egalité) - Marinette Bache (Résistance sociale) - Guillaume Etiévant (économiste) - Fatima-Ezzahra Benomar (Les Effronté-e-s) - Michel Barthélémy (CEMS-IMM CNRS) - Nicolas Belorgey (sociologue, CNRS) - Nicolas Béniès (économiste) - Gérard Berthiot (vice-président PS de la région Champagne Ardenne) - Sophie Béroud (politiste, université Lyon 2) - Eric Beynel (secrétariat national de l’Union syndicale Solidaires) - Jean Bigot (producteur de cinéma) - Martine Billard (co-présidente du Parti de Gauche) - Bernard Bosc (Réseau Féministe Ruptures) - Jean-Jacques Boislaroussie (les Alternatifs) - Gérard Billon (CGT) - Jean Marc Canon (secrétaire général UGFF CGT) - Bernard Cassen (Mémoire des luttes) - Nadine Castellani (secrétaire nationale CGT-Educ’action) - Jean-Claude Chailley (Résistance sociale) - Isabelle Charpentier (sociologue, université Versailles-Saint Quentin) - Chantal Charvy (Femmes Egalités) - Gérard Chaouat (Bureau national SNCS FSU) - Philippe Corcuff (sociologue, IEP de Lyon) - Laurent Cordonnier (économiste Lille 1) - Annick Coupé (secrétariat national de l’Union syndicale Solidaires) - Pierre Cours-Salies (sociologue) - Thomas Coutrot (économiste) - Alexis Cukier (Editions La Dispute) - Isabelle De Almeida (présidente du Conseil National du PCF) - Marielle Debos (politiste, université Paris Ouest Nanterre) - Claude Debons (syndicaliste) - Bernard Defaix (Convergence de Défense des services publics) - Laure Delair (Vice Présidente de l’UNEF) - Christophe Delecourt (CGT Finances) - Karima Delli (députée européenne EuropeEcologie/Les Verts) - Monique Dental (Réseau Féministe Ruptures) - Ivan Dementhon (président de l’Union Nationale Lycéenne) - Patrick Désiré (secrétaire général de la CGT-Educ’action) - Michèle Dessenne (M’PEP porte parole national) - Jean-Michel Drevon (Etats Généraux du Service Public) - Paul Dirkx (sociologue, université de Lorraine) - Denis Durand (CGT Banque de France) - Cédric Durand (économiste, université Paris 13) - Philippe Enclos (juriste, université Lille 2) - Anne Eydoux (économistes atterrés) - Anne Féray (Secrétaire Nationale de la FSU) - Gwenaëlle Ferré (CNDF) - Jacqueline Fraysse (Député des Hauts de Seine FASE-Gauche citoyenne) - Gerard Gueniffey (retraité CGT) - Jérôme Gleizes (économiste, université Paris 13) - Jean-Marie Harribey (ATTAC) - Clémence Helfter (militante d’Osez le féminisme !) - Gérad Filoche (membre du Bureau National du PS) - Daniel Gascard (Syndicat national de l’environnement - FSU) - Bertrand Geay (politiste, université de Picardie) - Guillaume Floris (Gauche Anticapitaliste) - Cyril Gispert (agrégé d’économie) - Lucas Gomez (Les Effronté-e-s) - Bernadette Groison (Secrétaire Générale de la FSU) - Elsa Hardouineau (trésorière nationale de l’Union Nationale Lycéenne) - Nordine Idir (Secrétaire général du MJCF) - Lucien Jallamion (secrétaire général de République et Socialisme) - Wandrille Jumeaux, (Secrétaire fédéral des Jeunes Écologistes) - Nicolas Jounin (sociologue, université Paris 8) - Marianne Journiac (porte-parole de République et Socialisme) - Pierre Khalfa (co-président de la Fondation Copernic) - Razmig Keucheyan (sociologue, université Paris 4) - Lucile Koch-Schlund, (Secrétaire fédérale des Jeunes Écologistes) - Michel Koebel (sociologue, université de Strasbourg) - Bernard Lacroix (politiste, Institut Universitaire de France) - Rose-Marie Lagrave (sociologue, EHESS) - Véronique Lamy (porte-parole PCOF) - Gaïa Lassaube (Les Effronté-e-s) Pierre Laurent (secrétaire national du PCF) - Jacques Le Bohec (professeur de sciences de la communication, Lyon 2) - Isabelle Le Roux-Meunier (CGT Banque de France) - Catherine Lebrun (secrétariat national de l’Union syndicale Solidaires) - Alain Lipietz (économiste Europe Ecologie/Les Verts) - Wenceslas Lizé (sociologue, université de Picardie) - Christian Mahieux (secrétariat national de l’Union syndicale Solidaires) - Marc Mangenot (économiste) - Jean-Claude Mamet (Convergences et Alternative) - Alain Marcu (secrétariat d’AC) - Nathalie Marcu (les Alternatifs) - Olivier Masclet (sociologue, université Paris 5) - Lilian Mathieu (sociologue CNRS) - Philippe Marlière (politiste, université de Londres) - Myriam Martin (Gauche Anticapitaliste) - Nelly Martin (Marche Mondiale des Femmes) - Christiane Marty (Bureau de la Fondation Copernic) - Gustave Massiah (fondateur d’IPAM) - Gérard Mauger (sociologue, CNRS) - Jean-Luc Mélenchon (co-président du Parti de Gauche) - Olivier Michel (informaticien, université Paris Est) - Catherine Mills (rédactrice d’Economie et Politique) - Jean-Marie Monnier (économiste Paris 1) - Christian de Montlibert (sociologue, université de Strasbourg) - Julie Muret (porte-parole d’Osez le féminisme !) - Corinne Nativel (géographe, université Paris Est) - Toni Negri (philosophe) - Frédéric Neyrat (sociologue, université de Limoges) - Jacques Nikonoff (M’PEP porte parole national) - Martine Noël (CADAC) - Daniele Obono (Convergences et alternatives) - Alain Oriot (Editions du Croquant) - Ugo Palheta (sociologue, université Lille 3) - Roland Pfefferkorn (sociologue, université de Strasbourg) - Willy Pelletier (sociologue, université de Picardie) - Matthias Perez (secrétaire académique de la CGT Educ’action Créteil) - Jean-Marie Pernaut (IRES) - Michel Pialoux (sociologue, CNRS) - Christian Pierrel (porte-parole PCOF) - Christine Poupin (porte-parole du NPA) - Philippe Poutou (porte-parole du NPA) - Frédéric Rauch (rédacteur en chef d’Economie et Politique) - Suzy Rojtman (CNDF) - Michel Rousseau (Marches européennes contre le chômage) - Sabine Salmon (Femmes solidaires) - Henri Sterdyniak (économistes atterrés) - Maya Surduts (CADAC) - Baptiste Talbot, (secrétaire général, fédération des services publics CGT) - Patricia Tejas (CGT Finances) - Sylvie Tissot (sociologue, université Paris8) - Christian Topalov (sociologue, CSU) - Marie-Pierre Toubhans (porte-parole de Gauche Unitaire) - Stéphanie Treillet (Convergences et alternatives) - Marcel Trillat (réalisateur) - Aurélie Trouvé (ATTAC) - Denis Turbet-Delof (secrétariat national de l’Union syndicale Solidaires) - Janine Vaux (Convergence de Défense des services publics) - Christophe Ventura (Mémoire des luttes) - Christophe Voilliot (politiste, université Paris Ouest Nanterre) - Louis Weber (responsable éditorial) - Laurent Willemez (politiste, université Versailles St Quentin) - Emmanuel Zemmour (président de l’UNEF).

Pour vous informer, signer l’appel et vous mobiliser : www.retraites2013.org

Repost 0
Published by alternatifs95
commenter cet article

Présentation

  • : alternative
  • alternative
  • : AUTOGESTIONNAIRES-FEMINISTES-ECOLOGISTES VERTS-ROUGES
  • Contact

WWW.ALTERNATIFS.ORG

                           

 

                         LES ALTERNATIFS

 

ORGANISATION POLITIQUE

40 RUE DE MALTE

PARIS 75011

TEL 01 43 57 44 80

 

MENSUEL:  ROUGE &VERT